Siham

Étudiante HEC et globe-trotteuse

LYON

L’odyssée de Siham :
voyager pour mieux se connaître

« Pendant mon voyage », nous confie-t-elle, « je ne me suis jamais sentie seule. »

Étudiante universitaire de 24 ans, Siham nous a raconté l’histoire extraordinaire de son voyage au Moyen-Orient. D’origine algérienne, Siham est en contact depuis sa plus tendre enfance avec une culture qui, à ses yeux, semblait à la fois familière et hors d’atteinte. Elle connaissant bien l’Algérie et savait que ses racines se trouvaient quelque part là-bas. Mais malheureusement elle ne parlait pas arabe, et elle avait toujours l’impression d’avoir « grandi avec l’image d’un monde qu’elle ne voyait que de l’extérieur ». Elle ressentait le besoin de découvrir ce monde de manière plus intime, de s’y confronter et de le comprendre. Elle a donc pris sa décision : partir en voyage seule au Moyen-Orient, avec seulement un sac à dos, pendant 13 mois.

Elle s’est heurtée immédiatement à une forte résistance de la part de sa famille et de ses amis. Tous étaient du même avis : aller dans ces pays seule, en tant que femme, était trop risqué. Mais Siham ne s’est pas laissée décourager par toutes leurs objections. Et même si elle a parfois eu des doutes, ils ont été bien vite balayés par son envie de voir de ses propres yeux ce monde contre lequel tous la mettaient en garde. Elle comptait bien s’en faire sa propre opinion en observant les choses d’un œil nouveau qui ne soit pas aveuglé par les préjugés. C’est ainsi qu’a commencé un voyage inoubliable.

Elle a découvert l’effervescence du Caire, où elle a vécu pendant trois mois et demi.  Elle a pris des cours d’arabe et n’a jamais hésité à aller à la rencontre des gens et à leur parler. Elle se sentait bien, en sécurité dans cette ville. La gentillesse des gens qui l’entouraient était palpable. « Pendant mon voyage », nous confie-t-elle, « je ne me suis jamais sentie seule. »

La vie au Caire est pourtant stressante. Le bruit, la pollution et le mouvement constant de cette fourmilière ont fini par peser sur les épaules de Siham, et la jeune femme a décidé de retourner en France à plusieurs reprises pour recharger ses batteries. Elle a aussi fait une pause pour découvrir le Japon et s’est donné un peu de temps pour se reposer avant de replonger dans l’effervescence du Caire. Pendant près d’un an, la jeune étudiante a voyagé au gré de ses désirs, du Caire au Liban en passant par Oman. Elle a entrepris ce voyage pour élargir sa vision des pays qu’elle visitait et n’a pas hésité à s’aventurer, toujours en connaissance de cause, dans des régions dangereuses.

Siham ne regrette rien. Cette aventure l’a transformée. Elle sait désormais comment parler pour elle-même, comment ignorer le jugement des autres et mener sa propre barque aussi loin qu’elle le souhaite. Aujourd’hui encore, voyager seule quand on est une femme paraît une idée folle. Ce fut pourtant pour Siham une expérience sans prix, au cours de laquelle elle a complètement fait sien ce « monde global » qu’on nous vente si souvent. Elle serait prête à tout recommencer sans la moindre hésitation.

SENSIBIO H2O

Quel est l’impact sur sa peau ?

Même si son voyage a été un grand succès, il n’a pas été sans conséquences pour la peau de la jeune femme. La pollution, la chaleur, la saleté et une modification radicale des habitudes alimentaires peuvent perturber l’équilibre naturel de la peau.

Avec son format de voyage compact de 100 ml, Sensibio H2O vous permet de nettoyer votre peau en profondeur et de l’apaiser même en déplacement !